AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Plan catastrophe - pv

Aller en bas 
AuteurMessage
Karly McGregor

Karly McGregor

Messages : 77
Date d'inscription : 02/11/2008

Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitimeDim 16 Nov - 0:08

« Non ! Non ! Non ! Et non ! Mais en quelle langue faudra-t-il te le dire ? C’est pas vrai… »

Se rasseyant correctement sur son siège, Karly tenta de calmer ses nerfs pour ne pas avoir à imploser extérieurement. S’accrochant à la poignet au-dessus de la vitre plus par réflexe qu’autre chose, elle laissa trainer son regard à l’extérieur de la voiture qui filait à la vitesse d’un escargot. Pour une fois, on avait le temps de lire les petites lignes sur les affiches. Ce qui n’arrangeait rien quand on a un môme de cinq ans qui braille derrière vous, soit en réclamant une chanson, une musique différente ou alors tout simplement ‘ dans combien de temps on arrive ? ‘. Pire qu’un gosse. Même Elena était plus sage. Et pourtant, elle ressemblait en tout point à Karly qu’on supposait même qu’elle tentait de l’imiter. Cependant, le môme en question piaillait car on l’avait placé sur le siège arrière, laissant Karly sur le siège du passager – ce qui l’arrangeait grandement. Comme si elle allait se mettre derrière – et que ce dernier était plus âgé que Miss McGregor.

Se reconnectant sur la réalité, la brunette se rendit compte que LA était dans l’autre sens, les panneaux indiquant une route différente. Elle réprima un soupir tout en souriant très légèrement. La peur vous tenaillait tellement aux tripes qu’elle influence étrangement vos réactions. Sawyer n’était pas différent apparemment. Plus calme et rationnel que les autres, ce qui était étrange en soit… mais peut-être était-il plus humain qu’il n’y paraissait. Oh bien entendu, Karly en avait pris conscience mais c’est plus difficile de le montrer au grand jour avec de vrais exemples.

« Prend la prochaine à droite… On rattrapera la route que tu as manquée… »

Tournant la tête vers l’aîné des jumeaux Slayers, Karly semblait le défier de faire le contraire. Ils s’étaient mis à deux pour lui faire entendre raison et partir voir sa copine – que cela plaise à la demoiselle ou non – et ils seraient surement deux à le faire changer de direction afin de parvenir à bon port même contre la volonté de ce dernier. Le hic : Karly n’était pas certaine de terminer ce voyage sans avoir tué William au préalable. Heureusement, LA n’était pas si loin que çà… Surtout pour une habituée de cette route comme notre jeune amie.
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers

William Alex Slayers

Messages : 149
Date d'inscription : 30/10/2008

Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Re: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitimeDim 16 Nov - 2:16

    Karly - « Non ! Non ! Non ! Et non ! Mais en quelle langue faudra-t-il te le dire ? C’est pas vrai… »
    William - « Sa va sa va t'excite pas ! J'te demander juste d'ouvrir la fenêtre parce que j'étouffe derrière à force que rester enfermer .Pas la peine de s'enflammer »


    Une chance pour William que Sawyer lui ne « s'enflamme » pas comme il disait car sinon ça allait chier grave. L'ainée Slayers essayait de se concentré sur la route mais son esprit était ailleurs, il était avec June. June.... C'était à cause d'elle qu'il se retrouvait tous les trois, William, Karly et lui a l'intérieur de sa voiture en direction de Los Angeles, là où se trouvait sa petite amie.

    Le cœur de Sawyer tambourine furieusement dans sa poitrine, il aurait préféré crever plutôt que de l'admettre mais il était mort de trouille. Il était totalement flippé a l'idée de la voir. Celà faisait trois semaine qu'il ne l'avait eut qu'au téléphone et rien qu'a l'idée de l'embrasser ou d'la prendre dans ses bras, sa main se mettez presque à trembler. Il se demander ce qui lui avait pris de se laisser convaincre par William et Karly de se faire cette escapade, mais la discussion avec Ally l'avait un peu ébranler la dernière fois et il avait besoin de la voir. Sawyer regarda la panneau Los Angeles. C'était là. C'était maintenant il devait tourner. Ilne tourna pas... C'était plus fort que lui il continua de tracer mais c'était sans compter sur la présence de sa meilleure amie.....

    Karly - « Prend la prochaine à droite… On rattrapera la route que tu as manquée… »


    Elle le regardait de tel sorte qu'il savait qu'elle savait qu'ill'avait exprès et qu'il valait mieux qu'elle l'écoute pourtant il avait bien envie de tenter le diable.A l'arrière Williamavait l'air de se faire chier royalement et ne tenait plus en place. N'arrêtant pas de bouger, on aurait dit un lion en cage.

    William - On arrive bientôt ?
    dit-il avec un large sourire. Voyant la réaction de Karly il rajouta. « J'disais ça comme ça » avec un large sourire crispé suivit d'un soupir. C'était pas la grande joie.

    D'un seul coup, Sawyer donna un grand coup de volant vers la droite et roula pour sortir de la route, se garant sur le côté sur un espèce de voix de détresse. Il coupa le contact, soupira et tourna le regard vers Karly.

    Sawyer - J'y arrive pas !
    William - Non mais qu'est-ce qu'tu fou ?? Si tu t'arrête pour faire une pause pipion va jamais arrivé Plan catastrophe - pv 655760 . Allez Allez démarre !


    Sawyer regardait Karly avec un air presque désespérait, attendant qu'elle lui dise quoi faire et surtout qu'elle trouve les mots pour le rassuré.....

_________________
un homme un vrai


Dernière édition par William Sawyer Slayers le Dim 16 Nov - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karly McGregor

Karly McGregor

Messages : 77
Date d'inscription : 02/11/2008

Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Re: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitimeDim 16 Nov - 17:20

Un gosse. Un véritable gosse. Les trois adolescents venaient de partir seulement depuis vingt minutes que déjà William demandait quand est-ce qu’ils arriveraient. Lui avait-on précisé que Los Angeles était à deux heures de Phoenix, à condition de ne pas tomber dans les bouchons. Autant être sincère, arriver à Los Angeles était assez aisé. Y entrer était beaucoup plus compliqué. Quant à y ressortir… Les bouchons allaient surement doubler leur temps de voyage. Un beau choix en perspective qu’il ne vaudrait mieux ne pas spécifier à Slayers… pour éviter de l’entendre braillé de plus belle. D’ailleurs, la réplique du « on arrive bientôt » retentit une fois de plus. N’avait-on jamais appris à William qu’on ne pouvait jamais avoir ce dont on désire ? En tout cas pas d’un claquement de doigt. Pour Karly, les choses étaient plus claires : on n’a jamais ce qu’on désire. Dans ses conditions, cela ne sert à rien de passer des heures à rêvasser sur de lointaines contrées ou alors sur un objet hors de prix : jamais vous ne pourrez l’obtenir. A quoi beau perdre son temps… Se retournant vers William avec dans l’idée de placer ses petites mains autour de son cou, Sawyer entreprit de jouer aux autos-tamponneuses. Ce qui eut pour conséquence de projeter Karly la tête la première en arrière de la voiture, limite à rentrer dans celle de William. Brrrr. Comme si elle venait d’être projeter dans ses bras. Heureusement : elle avait attaché sa ceinture. Si, si, je vous jure. Pour une fois : Karly McGregor avait attaché sa ceinture, sinon Sawyer ne voulait pas démarrer. Elle avait tenté une fois : ils étaient partis une demi-heure plus tard, le temps que Karly ne flanche. Et elle avait flanché. Un épisode qu’elle n’aime pas entendre rabâcher. Après tout, quand on possède un orgueil comme le sien… Mais ici, elle ne savait si elle était heureuse de se faire étrangler par la ceinture. C’est que le coup de volant avait été sec quand même. Si elle se payait un bleu sur le cou – ce qui était certain au vue de son programme génétique – son frère allait encore penser qu’elle s’était battue à l’école et qu’on avait tenté de l’étrangler. Ironie du sort en sachant que si elle venait de se tourner… c’était pour étrangler Slayers. Comme quoi.

« J'y arrive pas ! »
« Non mais qu'est-ce qu'tu fou ?? Si tu t'arrête pour faire une pause pipi. On va jamais arrivé. Allez Allez démarre ! »

Se massant doucement le cou, Karly rencontra les yeux affolés de Sawyer. Même durant un examen il était bien plus serein. « William, tu vois la blonde en uniforme de flic là-bas ?! Va lui demander quelle est la route pour entrer par l’Ouest dans LA. Il me semble qu’il y a des travaux sur la nationale. Demande-lui où ca en est. » Jeter William hors de la voiture ? Oui, c’était le but de Karly. Il suffisait juste d’une excuse bidon. Connaissant ce dernier de réputation notamment, il allait surement s’en filer auprès de la jolie blonde qui mettait quelques pv sur les voitures mal garées. Pourquoi l’éjecter ? Car une réputation est si difficile à se forger et il suffit d’un petit rien pour la foutre en l’air. Se montrer réellement à Sawyer, okay avec limites. Mais aux autres, hors de question. Et puis, vu la remarque, ce dernier n’allait surement pas tout comprendre des problèmes de son frère. Alors oui : Karly éjectait royalement William dehors mais avec subtilité. Il n’y avait que lors des occasions spéciales et délicates qu’elle utilisait la subtilité. Après tout, à quoi bon tourner autour du pot. Cela permettait la répartie de chacun qui entrainait un jeu… mais il n’était pas le bienvenu ici. Attendant que William ne claque la portière, elle se rassit correctement pour laisser des paroles inhabituelles sortir de sa bouche. Oui, vous avez affaire à la même Karly. L’unique, ‘tention Cool. Mais tout le monde possède une carapace et une identité propre qui se diffère. Deux personnes en une qui s’entremêlent et dont une prend plus souvent l’avantage sur l’autre.

« Qu’est-ce qui te bloque ? T’as pas envie de la voir ? Il me semble que si, vu le nombre de fois que tu lui téléphones et que tu boudes dans ton coin parce que tu ne l’as vois pas. La seule question est : pourquoi n’es-tu pas allé la voir plus tôt ? » Les paroles n’étaient pas méchantes, ni sèches mais on pouvait sentir un besoin d’explication. Il n’y avait pas forcément besoin de parole mais plutôt d’acte. Karly était une personne, certes beaucoup trop, curieuse mais qui prônait plus la valeur d’une personne par ses actes et non pas par ses paroles. Elles sont si fugaces et fugitives. « Tu n’es pas comme nous. Regarde, ton frère joue avec les filles, comme la plupart des gars, par jeu ou envie. Moi, si tu le répètes je te noies, je ne veux pas me caser pour raison personnelle. Toi, tu es plus mâture. Tu n’s pas peur d’afficher tes sentiments et malgré toutes les lycéennes qui te tournent autour, tu restes fidèle à Jane. Moi, je dis respect mais je trouve çà formidable aussi. Tu as dix-sept ans. A cet âge-là, on trouve peu – voir même pas – de personne bien comme toi. » Non mais sérieusement, elle n’était pas en train de faire un éloge, là ? Ben si. Sawyer avait besoin d’être rassuré et Karly ne voyait rien de mieux que la vérité pour cela. Après tout, le seul point négatif qui s’y trouvait était le simple fait que sa copine se trouvait loin et que malgré la distance, il l’aimait toujours autant. C’était incroyable. Mais également une chose forte étonnante pour la jeune fille qui ne comprenait pas comment il pouvait faire. Elle n’avait jamais vu çà. Bon, par contre, vous serez gentil d’effacer cette séquence par la suite et de tout simplement l’oublier. Si Karly ne se mettait pas à fuir Sawyer par la suite durant quelques petits jours, c’était déjà énorme. Mais les circonstances l’empêcheront de procéder ainsi. L’avenir est bien étrange.
« Tu sais, si on dit qu’une femme est compliquée, c’est parce qu’elle ne fonctionne pas de la même manière. Elle ne demande pas pour recevoir mais préfère suggérer pour laisser à l’autre de prendre l’initiative. Elle ne te dira jamais : vient me voir maintenant. Elle te dira que tu lui manques. Rien ne fait plus plaisir que de voir quelqu’un qui tient réellement à vous. Je ne connais pas une seule fille qui ne serait pas heureuse que son petit ami – qui l’aime en plus – ne fasse autant de kilomètres à l’improviste juste parce qu’il a envie de la voir et de la serrer dans ses bras, ne serait-ce que dix minutes. Alors embraille et reprend ta route. Tu l’aimes… Montre-le-lui ! C’est ce qu’elles attendent toutes. Elles ne demandent jamais mais attendent la vérité et la sincérité. Jane ne doit pas être si différente ! Son métier lui prend du temps et elle n’ose peut-être pas te dire de venir constamment sur un plateau pour elle. Elle n’a surement pas envie de te paraître chiante et exigeante alors elle ne te demande rien mais n’en pense pas moins. »

Terminant sa tirade sur un demi-sourire, Karly ne pût s’empêcher d’ajouter rapidement un peu d’humour. Les tirades sentimentales n’étaient pas pour elle. Il était venu le temps d’arrêter de montrer sa véritable personnalité et ses faiblesses et de redevenir celle du quotidien. Celle qu’on surnomme habituellement « la teigne » et qui ne laisse rien la toucher. Mise à part si Sawyer nous faisait une réelle crise d’angoisse… ce qui était plutôt flippant en soi. Lui qui maitrisait autant ses émotions.

« Allez cow-boy, roule… avant que ton frère ne se fasse embarquer au poste ! » Lui désignant d’un doigt son frère jumeau un peu plus loin, Karly n’avait aucune envie de passer quelques heures au poste de police pour en faire sortir ce dernier s’il avait des problèmes ou non. Elle ne savait pas ce qui se passait entre les deux d’où elle se tenait mais au moins, cela avait le don de détendre un tant soit peu les nerfs. Pour elle, il n’y avait rien de tel que la route pour la calmer mais tout le monde n’était pas comme elle. De plus, elle évitera de parler de cet antistress envers des personnes pensant qu’elle ne sait pas où se trouve la pédale de frein et d’accélérateur… alors les commandes d’une moto…
Revenir en haut Aller en bas
William Alex Slayers

William Alex Slayers

Messages : 149
Date d'inscription : 30/10/2008

Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Re: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitimeDim 16 Nov - 18:22

    Karly - « William, tu vois la blonde en uniforme de flic là-bas ?! Va lui demander quelle est la route pour entrer par l’Ouest dans LA. Il me semble qu’il y a des travaux sur la nationale. Demande-lui où ca en est. »
    William - « D'accord »
    dit-il en haussant les épaules peu contrarient .

    Sans plus entendre il se dirigea vers la jolie flic, un sourire charmeur sur les lèvres, tant qu'a être bloquer ici pour un moment autant s'occuper. Pour une fois Karly avait eut une bonne idée. De toute évidence il ne semblait pas avoir compris que McGregor cherchait tout simplement à l'éjecter de la voiture. Enfin c'est l'impression qu'il donnait... Si McGregor n'avait sûrement pas était là, la situation ce serait passer autrement et il aurait soutenu son frère abandonnant son masque de clown de service. Mais là celà semblait important pour la jeune fille d'endosser le rôle de confidence alors il la laissa faire, lui lançant croire qu'il ignorait totalement pourquoi elle l'envoyer séduire la jolie blonde.

    Karly - « Qu’est-ce qui te bloque ? T’as pas envie de la voir ? Il me semble que si, vu le nombre de fois que tu lui téléphones et que tu boudes dans ton coin parce que tu ne l’as vois pas. La seule question est : pourquoi n’es-tu pas allé la voir plus tôt ? »
    Sawyer - J'ché pas


    C'était une bonne question et il avait l'impression de voir tourner la réponse réponse dans sa tête sans arriver à la saisir. Il y avait du vrai dans les propos de Karly il le savait, et cela lui faisait un peu étrange de la voir aussi sérieuse. D'ordinaire ils se voyaient plus pour rigoler qu'autre chose mais il lui faisait confiance et il savait qu'il pouvait compter sur elle. Là où beaucoup voyait seulement la jeune fille un brin hystérique qui aimer faire la fête, Sawyer voyait une fille attachante avec un cœur immense. Il ne le savait sûrement pas mais il l'a considéré comme sa meilleure amie et il était content qu'elle soit à ses côté à ses instant. Il écouter chacun de ses mots avec attention et cela lui faisait faisait un bien fou. Elle lui disait ce qu'elle pensait de sa façon d'être et de son comportement et il rougissait légèrement, toucher qu'elle est une aussi haute estime de lui. Puis c'était Karly, ce genre de discourt plein de sentiments ne lui ressemblait pas et donc lui aller encore plus droit au cœur.

    Karly - « Allez cow-boy, roule… avant que ton frère ne se fasse embarquer au poste ! »


    Sawyer eut un p'tit rire, se décontractant déjà sentant le stress s'être envolé et déjà avoir plus confiance en lui. Il avait beaucoup moins peur d'aller rendre visite à June à présent. Karly avait raison si elle l'aimait vraiment elle se ravit d'le voir.

    Sawyer - Merci


    Tout était dit, pas la peine de faire de grande phrase mélodramatique elle pouvait voir à l'expression de son visage qu'il appréciait grandement qu'elle soit là pour lui.

    Sawyer - Juste un truc... C'est JUNE pas Jane dit-il avec un sourire espiègle sachant très bien qu'elle détestait sa copine.

    Quand à William, puisque que McGregor parlait de lui elle n'avait pas tord, il se trouvait plus loin toujours en compagnie de la blonde et cette dernière semblait légèrement sur les nerfs.

    William - Non mais j'admire les femmes de pouvoirs. Sa ne doit pas être facile tout les jours. Et .... les menottes vous avez l'habitude de les utiliser souvent ?
    dit-il avec en haussant les sourcil avec envie avant de lui adresser un clin d'oeil.
    Sawyer - William ! Ramène tes fesses ou j'démarre sans toi. J'en connais une qui s'rait ravie.

    William se retourna adressant tantôt un regard vers la voiture, tantôt vers la demoisselle tandis que Sawyer avait déja remis le contact. Il hésiter, il ne pouvait pas laisser une femme toute seule comme ça mais il savait que son frère était sérieux il lui avait déjà fait le coup.

    William - Bon bin on s'appelle....?
    dit-il tout tristounet tandis que la jeune flic soupirait exaspéré mais bien contente d'être débarrassé de lui.

    William ouvrit la portière et pénétra dans la voiture pile poil au moment où ils partaient, à une seconde près et il se retrouvait abandonner comme un con sur le bords de la route. Sawyer regarda la route sur de lui et cette fois il ne s'arrêterait pas jusqu'à ce qu'il est toucher au but .

    Sawyer - Bon il nous reste une heure de route, Karly soit sympa trouve un truc pour occuper William avant qu'il recommence à faire son intéressant et que je n'ai envie de l'étrangler.


    Le plus jeune adressa alors un regard charmeur à McGregor. Des façons de s'occuper ? Lui il en connaissait des tas .

_________________
un homme un vrai
Revenir en haut Aller en bas
Karly McGregor

Karly McGregor

Messages : 77
Date d'inscription : 02/11/2008

Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Re: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitimeDim 16 Nov - 20:02

« Merci » Arf. Le mot que Karly haïssait le plus d’entendre. C’était idiot mais d’après elle, elle ne méritait pas qu’on le lui adresse. Ne cherchez pas : elle possède des idées bien arrêtées parfois. Notamment envers elle-même. Surtout dans un cas comme celui-ci : elle préférait l’oublier pour ne pas se traiter de tous les noms d’oiseaux connus pour avoir dis quelque chose qui provenait du cœur plutôt que de sa cervelle.
« Je ne vois pas de quoi tu parles ! » Une seule conclusion : il ne s’est rien passé. J’ai une amnésie profonde et totale de ses dernières minutes.
« Juste un truc... C'est JUNE pas Jane » Oh et merde. Elle s’appelait June, c’est vrai ? Karly se bloqua sur l’instant. C’était bien beau de faire des discours honnêtes sur l’amour qu’une personne possédait pour une autre mais quand on se trompe de prénom : ca casse tout. Surtout quand l’autre vous le fait remarquer. L’art de se sentir con ne s’était jamais ressenti avec autant d’intensité. Non mais sérieusement : elle n’aurait pas pu s’appeler Jane, l’autre cruche. Déjà que Karly faisait tout pour ne pas dire ce qu’elle pensait d’elle et poussait son meilleur ami dans ses bras… Elle pourrait au moins changer de prénom pour la remercier.
« C’est pareil ! C’est mignon Jane. J’aime bien comme prénom, moi. » Oui mais là : on s’en fiche royalement. Surtout que Karly tentait de se sortir de ce mauvais pas sans pour autant perdre la face. Un sourire franc sur le visage, au moins, elle ne mentait sans non plus dire ce qu’elle pensait réellement.

« William ! Ramène tes fesses ou j'démarre sans toi. J'en connais une qui s'rait ravie. »
« Oh oui, merci mon Dieu d’être si bon avec moi en me faisant ce cadeau ! »

Avez-vous déjà vu Karly faisait les yeux du chat empoté ( non non pas potté xD ) à quelqu’un ? Oui ? Normal d’un côté, elle le fait souvent pour amadouer son frère ou Mac. Mais jamais elle ne l’avait tenté sur Sawyer. En clair : sa proposition la tentait. Mais alors là, c’était le cadeau qu’il pouvait lui faire. Ayant joint ses mains entre elles, elle semblait en extase et regardait Sawyer comme s’il était le bon Dieu en personne. Surtout que ce dernier avait déjà embraillé sur la pédale pour démarrer et ne semblait pas sur le point d’attendre son frère. Plus que quelques secondes et elle pourrait tranquillement appréciée cette virée en voiture. Cinq. Quatre. Trois. Deux. Karly était prête à lever les bras au ciel en criant sa joie.

Un. La mine se décompose. Slayers Junior avait des réflexes un peu trop grands apparemment. Karly se ratatina sur son siège tout en pestant ouvertement où on pouvait entendre quelques « non mais », « crétin », « malédiction », « empaffé » et autres mots montrant son mécontentement. Sawyer n’avait pas le droit de lui faire de fausse joie comme çà. C’était pas gentil.

« Non mais sérieusement… Je crois que t’as oublié de verrouiller la portière arrière là ! Fait plus attention, la prochaine fois, on risque de ramasser de nouveau un clébard errant.» fut le seul commentaire qu’elle lâcha en incendiant Sawyer d’un regard mi-noir, mi-courroucé. Non, elle ne lui en voulait pas vraiment mais son petit moment de bonheur venait de s’envoler, notamment quand elle remarqua le sourire ébahi de William dans le rétroviseur.

« Bon il nous reste une heure de route, Karly soit sympa trouve un truc pour occuper William avant qu'il recommence à faire son intéressant et que je n'ai envie de l'étrangler. »

Non mais il se fichait d’elle en plus là, non ? Bon d’accord, Karly préférait le voir ainsi. Apparemment il avait repris du poil de la bête, ce qui était bon signe mais quand même… Il ne pouvait pas la lâcher en pâture à son frère. « Hey, j’suis pas gardienne de mioches brailleurs moi ! .» En réalité si. Surtout quand on prend le rôle de sa mère pour une petite de huit ans ou alors quand on se met à garder les six enfants de sa voisine qu’on considère un peu comme sa famille. Mais là : on parlait de William Slayers. Vous savez le gars qu’elle avait voulu étrangler il n’y a pas cinq minutes de cela. « Mais je peux t’aider à cacher son corps après ! » La réplique était des plus naturelles et sincères qu’il soit. Après tout, le désert était un bon endroit pour abandonner un corps en le laissant à la charogne.

Ne se retournant même pas, la jeune fille resta blasée sur le fait que William était un bon coureur et tout en observant le paysage qui défilait sur sa droite, elle répliqua banalement. « Allez petit Williaminou, on a entendu son frère. On prend son livre de coloriage et ses petits crayons de couleurs tout mimi et on fait un joli dessin à ce dernier. Le tout en silence afin de profiter de la petite ballade. »

Karly se moquer de William ? Non, jamais. On ne voit même pas d’où peut vous venir cette idée… Car après tout, elle avait fait ce que Sawyer lui avait demandé : elle avait trouvé une occupation à William où ce dernier ne ferait pas son intéressant. C’était soit çà, soit elle l’assommait. Mac lui avait montré une technique étrange qui, si elle marchait, pouvait endormir n’importe quelle personne tout en lui pinçant un nerf dans le cou. C’était génial, çà. Mais quelque chose lui disait que ni Sawyer, ni William ne serait d’accord… Surtout qu’elle avait oublié comment on réveillait la personne par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Sawyer Andrew Slayers

Sawyer Andrew Slayers

Messages : 6
Date d'inscription : 21/11/2008
Age : 32

Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Re: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitimeSam 22 Nov - 0:05

    Karly - « Allez petit Williaminou, on a entendu son frère. On prend son livre de coloriage et ses petits crayons de couleurs tout mimi et on fait un joli dessin à ce dernier. Le tout en silence afin de profiter de la petite ballade. »

    Putain pourquoi elle était aussi casse pied ? Avec elle c'était pour fort que lui, elle lui mettez les nerfs ! Limite elle disait rien et se contenter d'être et déjà il avait envie de lui hurler dessus tellement elle l'agacer. Alors quand en plus elle se mettait à ouvrir la bouche..... Insupportable ! Non franchement il avait envie de ... rhaaaaaaaaaa elle l'énerve Plan catastrophe - pv 928819 . Calme Slayer Calme. Heureusement qu'il savait cacher ce qu'il ressentait pas que sinon ! Bonjour la cata. Donc voilà il semblait calme. Enfin presque parce que c'est Kaka quoi . LA casse couille et aller savoir pourquoi mais avec elle il avait plus du mal à se contrôler.

    William - « Du coloriage ? Désolé mais j'pratique cette activité avec un plus gros pinceau mrgreen » dit-il avec un large sourire.

    Vous avez vu le film sex and the city ? Non ? Eh bin c'est simple le « pinceau » est symbolise de virilité et se place toujours sous la ceinture. Quand au mot coloriage c'est tout simplement un mot de code pour éviter d'employer le mot sexe devant les âme sensible ou les enfants. Une fois de plus il se servait de l'humour pour ne pas lui crier dessus et franchement c'était dur lui de se retenir Plan catastrophe - pv 253616 . Ce qui l'énervait le plus d'ailleurs c'est qu'avec elle il n'arrivait pas a rester calme et être indiférent a ses remarque. C'est simple : Elle l'énerve !

    Ouvrant son sac il fouilla a l'intérieur pour trouver sa trousse et une feuille. Comme le lui avait conseillé Karly il se mit à dessiner, mais attention pas n'importe quoi. Il dessina un pendu et au bout de la corde se trouvait une jeune fille semblant presque hystérique et faisant bizarrement penser à quelqu'un.... Si vous voyez ce que j'veus dire siffle William resta silencieux une bonne demi heure peaufinant son dessin, tandis que Sawyer avait les yeux rivait sur la route et rouler plus vite que d'ordinaire. Le calme s'était donc imposer dans la voiture et on pouvait entendre une mouche voler. Franchement lorsque l'ont connaissait un minimum les trois passager du véhicule il y avait de quoi s'inquiéter flippant.

    Si les penser de Sawyer n'aurait pas autant était centré sur June, il aurait sûrement trouver celà très étrange que son jumeau soit silencieux. Pire, il l'aurait inciter à parler s'ennuyant de son égocentrisme et de cette mauvaise manie qu'il avait de toujours faire le pitre mais qui en fait de compte animé et rendait la vie plus agréable en règle générale. Enfin, son dessin fini William le tendit a Karly avec un large sourire, le visage de la jeune fille sur le dessin était bleue, du vomis se trouver sur le sol et du sang couler de ses veines entailler. En bref une vrai boucherie, typiquement le genre de dessin flippant qu'un gamin ne fera jamais enfin espérons. C'était assez détaillé et caricaturale comme dessin, comme une bande dessiné mais une de celle qu'on arrive a distinguer les personnages. Tout fier il leva la tête et tandis le dessin a Karly, plus arrogant que jamais.

    William - Regarde c'est ton destin dit-il avec un large sourire hypocrite.

    Sawyer afficha un léger sourire en coin, il ne l'avouerai jamais mais entendre son frère recommençait à se faire remarquer lui faisait plaisir. Non mais c'est vrai quoi, William silencieux c'est pas William. Ceci étant fait la suite du trajet se passa sans embuche. Enfin sans embuche, j'me comprend hein. Bien entendu la route fut ponctuer de nombreuse pic verbale entre chat et souris et parfois même de grand de freins suivis d'un regard noir de Sawyer a William pour recadré le jeune perturbateur incontrôlable mais en règle général ça se passa bien. En bref il n'y eut aucun mort a la plus grande surprise de l'ainé Slayers.

    Sawyer - Terminus tout le monde descend ! Allez dehors ! On bouge son cul on est arrivé !
    William - affraid Déjà ??? Dit-il surpris .

    Sawyer le regarda avec un air blazer. William avait dut répéter 150 fois « c'est quand qu'on arrive ? »« On arrive bientot ? »« C'est encore loin ? » et quand ils étaient ENFIN arrivé il se permettez de dire " déjà !!! " . Et le pire c'est qu'il avait l'air sérieux en disant ça ! Non mais j'vous jure . Une chance que Sawyer ne lance pas de balle avec le yeux parce que son jumeau serait mort ! Et encore le pire restait a venir, ses retrouvailles avec June....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Plan catastrophe - pv Empty
MessageSujet: Re: Plan catastrophe - pv   Plan catastrophe - pv Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Plan catastrophe - pv
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
From dawn, To dusk. :: }} At the Periphery of Phoenix. :: - Los Angeles, ou L.A.-
Sauter vers: